Flora au plat pays

La vie, les voyages et moi : les humeurs d'une serial voyageuse

Ne pas faire attention, c’est essayer ?

17 Commentaires

Chère lectrice,

Aujourd’hui je vais te parler d’un sujet un peu personnel : nos essais bébé. 

C’est quelque chose qui me travaille beaucoup et j’aimerais te demander ton avis sur la question. Je suis consciente que notre organisation (ou manque d’organisation) ressemble un peu à n’importe quoi mais nous avons démarré avec beaucoup de naïveté. Nous pensions que ça allait être « finger in the nose » comme nous l’avait dit tout le monde après ma grossesse surprise.

Depuis ma fausse couche (FC pour les intimes) que j’ai raconté ici, je suis restée sans contraception. Autant avant la grossesse surprise on faisait attention à mon cycle pour éviter de tomber enceinte, autant après je ne comptais plus du tout. D’une part parce que mes calculs n’avaient pas l’air de marcher, et d’autre part parce qu’on n’était pas contre un autre bébé surprise (mais on était pas prêt à se lancer officiellement paradoxalement). On aimait bien l’idée de laisser faire la nature sans pression.

Les mois sont passés les uns après les autres, mes règles sont redevenus à peu près régulières et je me suis surprise à guetter de possibles signes de grossesse à chaque fin de cycle. 

Mon coté rationnel me disait qu’il était quand même peu probable de tomber enceinte sans faire attention (surtout que les câlins quotidiens ne sont plus d’actualité chez nous depuis belle lurette). Mais mon coté irrationnel me chuchotait qu’il doit y avoir un problème. Et si ma fausse couche n’était pas un manque de bol mais cachait un problème dans nos métabolismes ?

Ça m’a travaillé plusieurs mois et j’ai finis par devenir parano. Je cherchais constamment des changements de mon corps qui pouvaient trahir une grossesse, et j’ai même commencé à gâcher des tests de grossesse pour une demi journée de retard.

Quand j’ai réalisé l’étendue de ma paranoïa, j’ai dit à mon mari qu’il était peut être temps de s’y mettre sérieusement, mais même cette idée n’a pas soulagé ma conscience de control freak. J’étais convaincu (et je le suis toujours un peu j’avoue) que quelque chose n’allait pas. En plus de prier et d’espèrer, mon envie de savoir si tout allait bien l’a emporté.

mains

Prions !

Je suis donc aller voir ma gynéco, je lui ai dit que ça faisait un an depuis la FC et qu’il n’y avait toujours rien. Heureusement elle ne m’a pas demandé si on avait fait nos devoirs consciencieusement parce que je ne voulais pas mentir non plus. Je suis sortie de cette consultation avec des ordonnances pour une batterie de test estampillés « bilan de stérilité », et j’ai dû convaincre mon mari d’aller faire un spermogramme lui qui n’était pas du tout dans mon délire.

En parallèle, on a quand même commencé les essais dans les règles de l’art et même si mon mari n’était pas fan des câlins programmés, je me sentais plus légitime de chercher de possibles signes de grossesse à chaque cycle. L’avant dernier cycle j’ai eu 5 jours de retard et je commençais à y croire mais c’était une fosse alarme. Même mon corps commence à me jouer des tours ! Peut être que je devrais arrêter de trop penser à ça avant de faire une grossesse nerveuse…

En attendant nous avons eu les résultats de nos tests, mon taux d’œstrogène n’est pas terrible (les mots de ma gynéco) et les nombres chez monsieur non plus. En gros nous ne sommes pas des champions de fertilité mais nous ne sommes pas stériles non plus. C’est déjà un soulagement en soi, mais j’espérais secrètement que ma gynéco allait me rire au nez en me montant des résultats parfaits et que je serais obligée de lui avouer le pot au rose. Maintenant on doit refaire d’autres tests pour savoir pourquoi nous ne sommes pas au top de notre forme.

Ça devient donc sérieux et on commence à nous sortir des noms d’oiseaux comme “hysterosalpingographie”. Forcement je me demande si on doit continuer ou se donner un peu plus de temps. D’une part je me dis que s’il y a un problème je préfère le savoir maintenant, mais d’un autre coté je me demande si c’est légitime d’utiliser l’argent de la sécu pour ça. En plus ma gynéco voudrait me mettre sous clomid (un stimulateur d’ovulation) et je ne suis pas sûre de vouloir déjà attaqué les médicaments.

Ce qui nous ramène à ma question de départ : ne pas faire attention, c’est essayer ? Si oui ça fait alors assez longtemps pour dire que ça ne marche pas et que nous avons besoin d’un coup de pouce de la médecine. Si non ça veut dire que j’exagère et que je devrais attendre un an de vrais essais avant de commencer à me faire injecter de l’iode dans les trompes !

Publicités

17 réflexions sur “Ne pas faire attention, c’est essayer ?

  1. Hum, vaste question … je te dirai que jusqu’à récemment, les ne faisait pas attention pour avoir des enfants.
    Bon, tu as déjà eu un début de grossesse naturelle, ce qui est plutôt bon signe. Mais un an sans contraception, c’est long, même sans essayer vraiment, donc ça ne me choque pas que vous commenciez à faire des examens, surtout quand on sait à quel point ça peut être long quand on a besoin d’un coup de pouce…
    Pour le clomid, je comprends ta réticence … dur de se positionner et de commencer à prendre un traitement quand on est pas sûre que ce soit nécessaire … je ne t’aide pas beaucoup…
    Bon courage et bon essais

    • Bien au contraire tu m’aides pas mal 🙂
      ça me rassure de savoir que je ne suis pas la seule à trouver la situation difficile à trancher.
      Oui c’est vrai que le début de grossesse est bon signe et c’est pour ça qu’on pensait que ça aller être « finger in the nose ». Mais depuis que je sais que je ne fais pas assez d’estrogène et que ça pourrait aussi expliquer une fausse couche je ne vois plus les choses du même oeil. J’ai peur que non seulement j’aie moins de chance de concevoir naturellement mais que même si ça arrive, j’aurais plus de chance de refaire une FC… Je reste optimiste malgré tout et j’espère que l’avenir me donnera raison 😉

  2. Je ne savais pas tout ça !
    Perso, si vous ne faisiez pas attention sur les périodes de fertilité, il faut prendre en compte que vous essayez depuis l’arrêt de ta contraception.
    J’ai arrêté il y a presque un an ma pilule mais on se protégeait sur les periodes à risque, ce n’est quand meme pas la même chose. Après les médicaments, je ne suis pas franchement pour tout de suite. Ma gynéco m’avait dis qu’on considérait un couple réellement stérile après deux ans d’essais. J’avoue j’attendrais pas autant quand même mais, il parait que les couples qui essayent aujourd’hui sont toujours plus pressés.
    Mais encore une fois quand tu n’es pas dans la situation c’est dur de donner un avis.
    Bon courage !!! Je te soutiens à fond !

    • Oui j’avoue que je ne suis pas fière de tout ça et j’essayais d’en faire abstraction. J’avais à la base écrit cet article pour DMT mais ça me pesait vraiment et j’avais envie de crever l’abcès au plus vite.
      A vrai dire j’ai arrêté ma contraception en juillet 2013 (purée il y a 3 ans quand même) ! Mais jusqu’à l’année dernière on faisait vraiment attention. Donc je compte qu’un an « d’essais » mais on part d’un corps qui a eu 2 ans pour se nettoyer de la pilule.
      J’ai aussi entendu l’histoire des couples pressés et j’ai bien peur d’en faire partie. Mais en même temps quand on a une sœur qui est tombée enceinte sous pilule, l’autre pendant son premier cycle d’essais, et pareil du coté de Monsieur, c’est difficile de ne pas s’inquiéter après plus d’un an sans rien 😦
      Merci pour ton soutien 😉 Je croise les doigts pour toi aussi ^^

  3. Ton interrogation est intéressante et légitime… A partir de quel moment considérer que l’on « essaie vraiment » ? J’aurai tendance à répondre que ça dépend. (Oui ça ne fait pas avancer le shmilblick). Ça dépend de quelle manière le couple fait attention sur les périodes plus fertiles, de la fréquence des rapports….
    Dans ton cas, tu as raison de te tourner vers un professionnel cela t’a permis de lui faire part de tes inquiétudes et interrogations. Cela permet d’avoir un avis médical et de faire des analyses pour voir si tout va bien…
    Après, peut être sommes nous aussi une génération pressée. On est habitué à ce que les choses arrivent rapidement.
    Pourtant il n’est pas évident de savoir comment réagir dans cette situation… Ton mari qu’en dit il ? Comment vit-il la situation ? Vous êtes à deux dans cette belle aventure et parfois l’un peut faire relativiser l’autre et permettre de prendre du recul face au problème. Peut être qu’attendre quelques cycles de ”vrais” essais avant de prendre le médicament ou de faire des examens complémentaires…
    Clairement il n’est pas facile de savoir comment on réagirait dans une situation similaire.
    Je te souhaite bon courage dans vos essais.

    • Merci pour ton commentaire Tamia 🙂
      J’ai commencé à m’inquiéter bien avant mon mari mais depuis les résultats pas terribles il s’inquiète pas mal aussi. On est pas spécialement pressé d’avoir des enfants, je ne connais pas encore l’envie viscérale et les pleurs aux annonces (heureusement parce que des bébés poussent autour de nous) mais c’est le fait de se dire qu’on va peut être avoir besoin de beaucoup de temps pour y arriver qui nous pousse à vouloir anticiper.
      J’ai écrit cet article il y a plus d’un mois et depuis j’ai fait l’hystérosalpingographie (la fameuse injection d’iode dans les trompes) et mes trompes vont très bien et tout passe comme il faut. Du coup le prochain test est de voir si la stimulation améliore mes niveaux d’oestrogène et ça passe par les médicaments… je voudrais attendre mais j’ai aussi peur de m’en vouloir de ne pas avoir essayer aux prochaines règles. De me dire que je perds des mois qui sont sans doute précieux si jamais on y arrive vraiment pas et qu’on doive passer par la case PMA. Bref ce n’est en effet pas facile !

  4. C’est vrai qu’on est une génération plus pressée mais on est aussi une génération qui commence globalement plus tard à avoir des enfants ! Je n’irais pas jusqu’à dire que « l’horloge biologique tourne » mais elle est tout de même plus proche que nos grands-mères. Et quand on sait que les problèmes de fertilité en Europe sont de plus en plus fréquents, ça justifie d’autant plus un suivi plus rapide à ce niveau.
    Bref, pour moi du coup, votre situation est suffisante : vous ne faites plus attention depuis un an, sans contraception en plus, ça ne me semble pas exagéré d’être allée consulter. En plus, clairement, ça a identifié un « problème ».
    Je dirais qu’avant de partir vers de grosses procédures PMA, peut-être attendre de voir si la régulation des oestrogènes suffira ?… Surtout si vous n’êtes pas pressé, on n’est pas à quelques mois près 😉

    • Tu as raison je pense 😉 Clairement si je n’avais pas 30 ans je me prendrais beaucoup moins la tête avec tout ça.
      Mais on n’est pas à quelques mois près c’est vrai. De toute façon j’ai déjà un planning chargé avec mes heures de transport et ça ne va pas se simplifier avec ma rédaction de thèse imminente… Alors on aura forcement quelques mois d’essais avant de faire d’autres tests et peut être de passer aux chose extrêmes (j’espère encore que ce ne sera pas nécessaire).

  5. Je pense que ne pas penser c’est essayer car des que l’on essaye sans résultat les reproches pleuvent : « tu y penses trop! »

    Je pense aussi que si tu es allé consulter il faut creuser, car ton corps te fais sentir qu’il y a peut être quelque chose.

    Ayant eu un bébé sous pilule quand mon corps me criait pour les essais bb2 qu’il y avait un problème, j’ai préféré écouter les gens (médecin compris)…verdict… Trompes bouchées… Ma fille a 10 ans et elle est toujours fille unique.

    • Hi hi 🙂 j’aime bien ta façon de voir les choses.
      je viens de lire ton blog en diagonale et je suis vraiment désolée d’apprendre ce qui t’arrive. je te souhaite plein de courage et j’espère que vous arriverez à concrétiser le projet bb2. J’ai déjà beaucoup de doigts croisés mais je devrais en trouver 2 de libres pour vous 😉

  6. Re coucou Flora,

    Ton article me touche parce que j’ai l’habitude de te lire sur le blog dans ma tribu et sous notre toit (où j’écris parfois à mes heures éperdues) et j’aime bien tes écrits ! Bref !

    Je ne suis pas d’un grand secours car depuis très jeune, je n’ai jamais voulu d’enfants et j’ai raconté d’ailleurs ça sur sous notre toit. Quand on veut un bébé, bien qu’on ne sache pas de manière précise quand c’est le bon moment il y a des jours plus favorables que d’autres et il faut y penser un peu …

    Je pense mais ce n’est qu’une idée qu’il faudrait réellement essayer sans pour autant calculer mais au moins mettre toutes les chances de votre côté. Comme ça, dans le cas où il vous faut un coup de pouce , tu n’auras pas de regrets de ne pas avoir tenter de manière naturelle … Ce n’est que mon avis, mais j’aurai aussi tellement dû mal avec le côté « médical » que je préfère me dire que c’est le dernier recours.

    Dans tous les cas, je te souhaite du courage et je suis contente de lire un article sur les essais on en trouve pas souvent 🙂

    • Merci 🙂
      Je te lis aussi sur Mlle dentelle mais officiellement je n’y vais plus alors je ne commente plus… (et d’ailleurs je meurs d’envie de découvrir ta tenue de mariage)
      Tu as raison et c’est parce que je réfléchis comme toi que tout cela me travaille au point d’en faire un article. Malheureusement l’espoir d’y arriver naturellement s’évapore au fil des cycles et on s’approche doucement du médical…

  7. Pingback: Voir le pire – Flora au plat pays

  8. Pingback: Dire au revoir au bébé couette – Flora au plat pays

  9. Pingback: Le temps du bilan – Flora au plat pays

  10. Pingback: Un rodéo et la cruauté du calendrier (ne cherchez pas de logique, ceci n’est pas un article) | Flora au plat pays

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s