Flora au plat pays

La vie, les voyages et moi : les humeurs d'une serial voyageuse

Tu ne peux pas comprendre, tu n’es pas en PMA

31 Commentaires

Et oui aujourd’hui je prends ma revanche ! mouahaha

Depuis le temps qu’on me dit que je ne peux rien comprendre tant que mon périnée n’a pas morflé, j’ai enfin un truc avec quoi je peux faire la maligne 😉

Il y a juste un seul petit problème… À chaque fois qu’on me dit que je ne peux pas comprendre, je me dis que c’est vrai. Je ne peux pas comprendre parce que personne n’a l’air d’avoir envie de m’expliquer. Je crois qu’il y a une différence entre connaitre et comprendre. je n’ai jamais eu de cancer et pourtant je comprends que c’est une grosse saleté. Je ne connais pas la fatigue intense que peut ressentir une jeune maman mais je peux bien me l’imaginer. Et peut être le comparer à la fois où j’ai fait la fête un peu trop tard et que je devais me lever pour aller travailler le jour d’après. Ma représentation sera fausse sans doute mais j’aurais COMPRIS que ma copine est à bout et qu’elle doit quand même continuer à faire ça tous les jours.

Bon ok il y a des choses que je ne comprendrais jamais, même maman je crois, comme cette croyance populaire qu’on saurait mieux  s’occuper d’un enfant, 2 semaines après en avoir touché un pour la première fois, que quelqu’un qui en a fait son métier. Mais là je m’écarte trop de mon sujet de départ alors revenons à nos moutons.

Je te parlais de ces méandres impénétrables de la PMA seulement connues par celles qui sont passées par là. Oui je dis celles parce qu’en PMA peut importe la raison pour la quelle vous êtes là, c’est la femme la patiente.

Mais parce que je suis gentille j’ai décidé de tout te livrer, juste comme ça. Inutile de me remercier 🙂

La première chose étonnante en PMA est que le cycle de procréation commence souvent par…roulement de tambour… prendre la pilule. C’est logique quand on y pense parce que c’est le meilleur moyen de réguler le début d’un cycle, mais j’ai fait des gros yeux quand ma gynéco m’a annoncé qu’après plus de 3 ans pilule-free j’allais devoir m’y remettre pendant quelques semaines. Inutile de préciser que ça ne m’avait pas du tout manquer d’avoir des seins douloureux en continu…

L’indice qui ne trompe pas quand on a une FIV en cours, c’est l’état du frigo. Si ton frigo commence à avoir des allures de pharmacie, tu sais que ça y est ça devient sérieux. Parce qu’une grande partie de tes hormones doit se garder au frais, tant pis pour le camembert.

Une autre chose étonnante et que les piqûres de stimulation te feront aimer tes poignées d’amour. Oui, oui ! Ou alors c’est moi qui suis bizarre, mais quand je m’enfonce cette aiguille dans le gras du ventre, je suis contente de savoir que ce n’est que du gras et que ça ne fait pas mal le gras.

Et il y a aussi cette relation quasi intime que tu développes avec ta gynéco, et c’est seulement normal parce que tu la vois plus que ta famille ces derniers temps. En plus elle va t’aider à avoir ce merveilleux cadeaux que la nature te refuse. Un peu ta marraine la bonne fée !

Et puis tu deviens une menteuse professionnelle au boulot pour justifier tout ces retards et changement de planning. Et pourtant je n’aime pas les cachoteries, mais comment annoncer à son boss quelque chose d’aussi incertain que des essais ? Parce que concrètement ce n’est rien de plus que ça. Des essais médicalement assistés.  Je ne sais pas encore ce que je vais bien pouvoir trouver pour justifier la semaine d’arrêt maladie entre la ponction et le transfert. Si quelqu’un a des idées, je prends.

Mais il ne s’agit pas de te noyer sous trop d’informations, je crois que ça suffira pour aujourd’hui 🙂

La suite au prochain épisode…

Publicités

31 réflexions sur “Tu ne peux pas comprendre, tu n’es pas en PMA

  1. Merci d’expliquer tout ce processus, je ne savais pas du tout qu’il fallait tous ses médicaments : c’est énoooorme !
    Ne t’inquiète pas pour tes absences, tu peux dire que tu as un coup de pompe (et ce sera peut-être le cas) c’est ta vie privée, tu vas revenir mais bon je comprends je n’ai pas jamais été en congé maladie de toute ma carrière sauf la semaine dernière : du coup tout le monde sait que je suis enceinte ah ah ah !

    Et combien temps cela dure (jusqu’à une possible grossesse) ? Moralement ça va ?

    • Alors ça y est, l’aventure a commencé ? J’espère pour vous qu’elle sera aussi courte qu’efficace !
      Pour ce qui est du « tu ne peux pas comprendre », il m’agace parfois incroyablement, mais d’un autre côté j’ai constaté, avec la dépression, que beaucoup de gens projettent leur expérience de déprime en un peu plus fort et/ou long sans mesurer l’ampleur de la différence, et ça m’est arrivé de me sentir incomprise. Après, je connais des gens qui ne l’ont pas vécu mais qui comprennent sans connaître, ce qui compte c’est l’information et l’empathie, pas forcément l’expérience… même si depuis que j’ai vécu un deuil proche, j’ai l’impression d’être beaucoup plus capable de réagir avec les gens dans cette peine qu’avant, où j’avais de l’empathie mais beaucoup de maladresse.
      Bref, je m’égare, mais merci pour ton article, la partie « information » c’est la moitié du chemin de la compréhension !

      • Merci 🙂
        Je comprends ton point de vue mais je trouve que dès le départ essayer de comparer des situations ne marche jamais même pour des choses qu’on a vécu parce qu’on ne les vit pas de la même façon. En parlant de deuil, j’ai un proche qui m’en a voulu de ne pas l’avoir accompagné après la mort de sa maman alors que « je savais » ce que c’était. Sauf que moi pour faire mon deuil j’avais l’impression que mon entourage en faisait trop quand j’avais juste envie qu’on me laisse pleurer dans mon coin…
        Bref je pense aussi que l’information et l’empathie c’est déjà pas mal en effet.

        • Oui, tu as raison, chacun a des expériences différentes et des réactions différentes à ces expériences.
          Du coup, ça me donne envie de reformuler, je dirais que ce premier vécu de douleur compacte (auparavant, j’avais eu la ‘chance’ de n’avoir que des douleurs diffuses) m’a surtout permis d’oser juste ce premier pas, celui qui permet de montrer à l’autre qu’on est disponible, en lui laissant la liberté de dire ce dont il a besoin – avant je n’osais pas parce que je me sentais illégitime dans l’empathie.
          Du coup, pour en revenir à l’aventure PMA, je ne connais pas (fingers crossed), mais sache que je serai parmi les gens disponibles pour t’écouter, te soutenir ou te laisser tranquille selon ce qui te fera du bien.

    • @ Sandra
      J’ai halluciné moi même quand la pharmacienne m’a tendu le paquet. C’est énorme en effet 🙂
      Comme je disais, c’est un peu comme des essais. ça peut marcher du premier coup comme ça peut trainer. Ils disent que ça marche dans les 6 mois pour la plupart des couples. On verra si on fait parti des chanceux ou pas ! On croise les doigts.

  2. Aïe, j’espère que ça va vite fonctionner pour vous.
    Sinon, pour ton excuse, ça dépends un peu de la saison mais en ce moment la gastro à la côte (c’est pas comme si elle s’était invité chez nous 😦 ) sinon, tu as aussi la grippe en autre variante.
    Pour une période plus longue mais ça peut marché si tu es aussi fatigué, c’est la mono nucléose .
    Dit moi si tu veux d’autres suggestion, j’essaierais de te trouver ça 😉

    • Hi hi merci !Je pense que vu que je déposerai un certificat médical, prétendre d’être malade est sans doute la solution. Je vais voir quelle saleté sera dans l’air le moment venu.

  3. Je ne savais pas du tout et je comprend combien cela doit être dur physiquement et moralement. Je crois les doigts pour toi je te dis M…. pour que ca marche et que tu puisses vite le ou la serrer ou même les serrer dans tes bras. Tu es super courageuse. Ne te laisse pas polluer par de telles remarques. Bonne journée à toi

  4. Courage Flora !! Je pense fort à vous et espère que ça marchera le plus vite possible.
    Quant à ceux qui te disent que « tu ne peux pas comprendre »… sauf si la personne est à bout (dépression ou autre) ça ne coûte rien de prendre 5 min pour essayer de mettre des mots sur ce qu’on est en train de vivre !
    Et pour ton arrêt, pourquoi chercher une excuse ? Tu as un arrêt, tu as le droit de ne pas expliquer pourquoi, c’est ta vie privée !

    • Merci 🙂
      On est d’accord, ça ne coute pas grand chose d’essayer d’expliquer.
      C’est vrai que j’ai le droit de ne rien dire mais vu que je suis quasi à la fin de mon contrat et que j’ai encore énormément de choses à finir, je me sentirais mal de les laisser en plan sans rien dire.

  5. Ca y est les choses sérieuses commencent, j espère très sincèrement que tout se passera bien pour vous !! Pour ton arret comme Camomille je serai d avis d en dire le moins possible. Tes collègues n ont pas à savoir à chaque fois de quelle maladie il s agit. Et sinon concernant les « tu ne peux pas comprendre » c est complexe. Je trouve généralement les commentaires de mes lectrices sans enfant pertinents, ce serait dommage qu elles s abstiennent ! Mais elles ont alors souvent de pres ou de loin des informations sur les enfants, via des lectures, leur métier ou dans leur vie (neveux, expérience en tant que nounou, etc.). En revanche j ai aussi dans mon quotidien des « sans enfants » toujours plein de bons conseils et d apriori qui pour le coup m agacent parfois fortement 😉 .

    • Comme je disais à Camomille vu le timing dans mon projet c’est un peu compliqué de ne rien dire…
      Je suis d’accord avec toi sur ce coup là. Comprendre ne suffit pas pour donner des conseils, il faut connaitre 😉 C’est d’ailleurs pour ça que je m’abstiens souvent de commenter les articles bébés parce que mon avis bourré de généralités me semble un peu banal.

  6. Mon frigo ressemble au tien 🙂 Pour ma part, je n’ai rien dit aux collègues : je parle de rdv de médecin à mon chef pour les retards répétés au travail avec les échos/pds, et j’ai juste dit que je devais subir une petite opération (« mais rien de grave, un truc de fille, t’en fais pas »).. avec ça, c’est passé tout seul.. Et pour les certificats, mon centre m’offre la possibilité de le mettre à l’en-tête de l’hôpital (et non du service pma), ça simplifie les choses. J’espère que le traitement se passe bien en tout cas! Beaucoup de bonnes ondes!!!

    • Merci Mélanie, j’aime beaucoup ton explication évasive. Je crois que je vais faire comme ça aussi.
      Je t’envoie de super ondes aussi et espère que tout se passera (ou s’est passé) bien pour toi aussi copine de PMA ! Si jamais tu veux en discuter, n’hésite pas.

  7. J’utilise mon premier commentaire sur ton blog pour te souhaiter un beau bébé pour cette année 2017. Je ne suis pas passée par la PMA mais je connais des gens qui ont dus y avoir recours et je sais que rien n’est facile dans ce parcours.
    Avant d’avoir le Choupi, le « Tu ne peux pas comprendre » m’agaçait au plus haut point. Alors certes j’ai revu ma façon de penser sur certains sujets (mais pas tant que ça en fait) mais je pense que communiquer et expliquer aux gens les différents sujets est quand même beaucoup plus utile.

  8. Je suis contente de lire que vous démarrez le protocole. Je croise les doigts pour vous !!!
    Pour ce qui est de ne pas comprendre, tu verras qu’au final cela ne s’arrête pas vraiment.
    Les gens ont besoin de faire valoir leur avis coûte que coûte.
    Je pensais qu’enceinte j’aurais un peu plus de considération mais en fait non, il y a toujours quelqu’un qui sait mieux que toi 😊

    • Hi hi ça ne finit jamais ! Et après on te dira que tu comprendras mieux quand tu en auras deux, ou quand tu auras tel sexe… Bref comme tu dis il y a quelqu’un qui sait toujours mieux 🙂
      Merci, j’ai encore bon espoir de partager cette merveilleuse aventure avec vous 😉

  9. Ahah ! J’adore cette petite revanche sur tous ces gens qui nous répètent qu’on « ne peut pas comprendre » : bien joué, ma belle ! 😉
    Ne te laisse pas polluer (mais je sais que ce n’est pas le cas !) par ces personnes qui recherchent avant tout à attirer l’attention et à faire valoir leur expérience personnelle, là où on a souvent besoin seulement d’un peu d’écoute et d’empathie.
    Bref, pour revenir à nos citrons, bon courage pour les débuts de ce protocole que je connais bien mal, et je suis ravie de savoir que tu vas nous déniaiser.
    Je vous embrasse bien bien fort, tes hormones et toi ! ❤

  10. J’ai beau connaître pas mal de personnes en PMA, j’ai assez peu d’aperçus réels de ce que ça fait de le vivre. Je pense que tes articles sur le sujet me permettront de mieux appréhender ce qu’une personne peut vivre en PMA. Parce que, comme tu le dis, ce n’est pas parce qu’on ne le vit pas qu’on ne peut pas avoir de l’empathie, de la compassion ou montrer simplement de la compréhension. On peut imaginer, avoir une idée qui se rapprochera +/- du vécu réel.

    Mais dans un sens, c’est vrai qu’on ne peut pas comprendre 😉 Je n’aime pas cette expression (pour les raisons citées ci-dessus) mais du jour où on a eu notre fille, on s’est rendu compte que le « tu ne peux pas comprendre » vis-à-vis des enfants était partiellement vrai. Si on n’en a pas, on ne peut pas mesurer réellement la force, la profondeur, l’investissement et l’intensité réels que cela représente (je trouve). On peut s’en douter, se les imaginer, s’en approcher mais les ressentir est complètement différent.

    Tout comme vivre un parcours de PMA comporte des sentiments et impressions dont je ne suis pas capable de mesurer la profondeur ni l’intensité 🙂

    Je te souhaite en tout cas de très vite découvrir ces éléments ❤

    • Je suis d’accord avec ce que tu dis et c’est pour ça que je fais une distinction entre comprendre et connaître.
      En même temps la force et la profondeur de chaque chose sont quand même fort dépendante de la personne qui les vivent… ça voudrais dire que personne ne peut comprendre personne ?! Cela dit quand je vois des copines mamans s’entre critiquer, je crois bien que ça pourrait être vraie 😉
      Merci ! Je te souhaite beaucoup de bonheur dans tes futures découvertes aussi ❤

  11. On ne m’a jamais tellement adressé de « tu ne peux pas comprendre » concernant les enfants, parce que dans mon entourage, j’ai beau chercher, je ne vois un seul enfant à part le mien, ni parmi mes amies proches, ni parmi mes sœurs ou cousins. Et quand j’ai rejoint le fabuleux monde virtuel de la maternité (d’abord à reculons, parce que moi mon truc, à la base, c’était les blogs BD et ça me soûlait de lire des articles de plus de 10 lignes – true story), ben c’est parce que j’en avais déjà un, d’enfant. Bref, j’ai été la première à le penser : « tu ne peux pas comprendre »… pas vraiment à le dire en face, car je suis polie. Mais à le penser oui.

    Avec presque trois ans de recul, je crois m’être un peu détachée de cette revendication. Il faut dire que les premiers temps, la fatigue et l’impression d’incompétence donnent franchement envie d’agresser tout le monde, et que ces réactions ne sont pas forcément rationnelles. Par contre j’en ai gardé le sentiment qu’effectivement, c’était dur de se mettre à la place de quelqu’un dont on n’a pas vécu directement la situation. Et effectivement, je ne pourrai sans doute jamais comprendre ce que ça fait d’être en PMA, de devoir suivre un traitement contraignant, se piquer, aller à l’hôpital pour fabriquer ses bébés. Je peux juste compatir.

    Mais quand ça marchera, tout cela, je pourrai comprendre la joie d’apprendre ta grossesse, la joie de voir ton bébé aux échographies et la joie de serrer ton enfant tout juste né (et bien après) dans tes bras. Et c’est tout ce que je souhaite : que très vite, on arrive mutuellement à se comprendre, parce qu’on aura vécu les mêmes choses heureuses 🙂

    • Ahaha ! Je suis contente que tu aies changé d’avis sur les articles de plus de 10 lignes 😉
      C’est le privilège de faire ses enfants en prem’s j’imagine. On est pas loin d’être le dernier couple sans enfants dans notre entourage, ça doit être pour ça qu’on me l’a déjà beaucoup servi !
      Merci beaucoup, j’espère que tes souhaits deviendront bientôt réalité 🙂

  12. J’aime beaucoup ta façon de voir les choses. De toute manière, on a tous un vécu différent et des caractères différents aussi 🙂 Je suis convaincue par l’instinct en général car je suis très sensible mais je suis persuadée que pas mal de personnes vivant des choses similaires ne les perçoivent pas comme moi. Good luck pour la suite 😉

  13. Merci beaucoup de nous expliquer. Ma soeur était en PMA aussi mais elle ne voulait pas en parler alors on ne savait rien. Je comprends que ce soit difficile d’en parler mais pour les proches c’est dur aussi de ne rien savoir, de voir la personne souffrir mais de ne pouvoir rien faire alors qu’on est prêt à écouter.
    Je t’assure de tout mon soutien, ce n’est pas facile, il faut beaucoup de courage et de patience. Plein de bonnes ondes !

    • Merci Luciole et bienvenue parmi nous 🙂
      J’en parle beaucoup maintenant parce que c’est le tout début. J’imagine que quand ça ne marche pas c’est une autre histoire. On verra le moment venu mais pour le moment ça me fait du bien d’en parler.

  14. Pingback: La FIV pour les nuls | Flora au plat pays

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s