Flora au plat pays

La vie, les voyages et moi : les humeurs d'une serial voyageuse

La valeur d’une mère

24 Commentaires

Aujourd’hui j’ai envie de partager avec vous un texte très personnel. Je l’avais écrit pour mon mariage mais je n’ai jamais eu la force de le lire à cause de l’émotion, la peur de ruiner l’ambiance ou le travail méticuleux de ma maquilleuse… Aujourd’hui j’ai envie de le publier parce que ma réflexion sur ma possible future maternité m’a amenée à réaliser qu’il m’aurait fallu autant de temps que ce que j’ai passé avec elle pour enfin dire au revoir à ma colère. C’est en commentent l’article de Die Franzoesin que je me suis rappelée de ce texte et j’ai eu envie de le publier (âme sensibles et/ou hormonées sortez vos mouchoirs).


Ma mère ce héros !

Je ne dis pas ça parce que c’est ma maman, n’importe qui ici qui l’a connue serait d’accord avec moi, ma mère était une femme exceptionnelle. Du haut de ses 1m50, c’était la femme la plus forte que j’ai jamais rencontrée (bon OK je n’ai jamais rencontré mère Teresa).

Elle savait plus que personne ce que voulait dire « donner sans rien attendre en retour ». Même maintenant il m’arrive de tomber dans les bonnes grâces des inconnus parce que ma maman leur avait rendu service ! Elle avait un grand cœur et elle était très intelligente, j’ai rencontré il y a quelques années un professeur d’université à Miami qui a avoué, non sans gène, que c’était la seule personne à lui avoir mis une raclée à l’école.

Ma mère et moi nous avions une relation spéciale, elle a toujours été ma meilleure amie. Je n’en suis pas spécialement fière mais même à 15 ans, il m’arrivait encore souvent de dormir dans son lit. Je me rappelle aussi qu’elle ne laissait jamais voir son malheur, elle avait toujours assez de force pour soutenir les autres, même sur son lit de mort. Elle ne s’est jamais effondrée et pourtant ce n’est pas les occasions qui manquaient : elle a perdu son unique fils, elle a donné naissance à ma petite sœur prématurée dans un camp de réfugié… Elle a toujours su garder la tête hors de l’eau et était notre rocher à toutes, et puis elle est partie…

 J’ai cru que ma vie s’arrêtait aussi, et quelque part la fille à sa maman que j’étais est morte ce jour là aussi. Maintenant il fallait qu’on soit forte à notre tours. Nous nous sommes serrées les coudes et Dieu a fait le reste. Il faut dire qu’on est une bonne équipe, Pour commencer il y a LaSuperCousine, elle nous a toutes vu naître ! Techniquement notre cousine, elle est pour nous plus une grande sœur doublée d’une petite maman. Si je suis ici aujourd’hui c’est un peu grâce à elle et à son mari (merci). Puis il y a mes deux soeurs quasi jumelles, on a grandi ensemble, on s’est tellement battu mais on a toujours été plus ou moins complices. Et puis vient notre petite dernière, on a certes pas été faciles avec elle mais c’est un peu notre petite à toutes et on l’adore.

J’aurai voulu qu’elle rencontre mon mari, qu’elle lui mène la vie dure un peu, qu’elle joue avec mes enfants et qu’elle leur apprenne ce qu’elle m’avait appris à leur âge… Mais même si je n’aurai pas ces choses là et que je sais qu’elle me manquera cruellement à  tout les moments clés de ma vie, je lui suis très reconnaissance car elle m’a appris en 15 ans bien assez pour une vie.


Voilà, ça se passe de commentaires je crois.

Je rajouterais juste que 16 ans plus tard je ne suis enfin plus en colère. En colère contre elle pour ne pas l’avoir quitté, en colère contre ces médicaments qui étaient sensés prolonger sa vie et qui l’ont drastiquement raccourcie, en colère contres ces faux amis intéressés, et en colère contre le monde entier tout simplement. Parce que j’en enfin compris qu’en vrai ma mère ne m’a jamais quittée. Elle est présente partout en moi, en nous. Non seulement par son sang qui coule dans mes veines, son ADN inscrit dans chacune de mes cellules ou sa tête de mule et son caractère légendaire, mais aussi par sa personne et sa sagesse inscrite en nous à l’encre indélébile.

Plutôt que d’en vouloir à la vie de m’avoir repris ma maman trop tôt, je lui remercie de m’avoir donné le meilleur des cadeaux : être sa fille. Parce que maintenant j’en suis sûre plus que jamais :

Une bonne mère ne meurt jamais

7529515964_a8ea490284_b

Credit photo : John V Nightingale (creative commons)

Publicités

24 réflexions sur “La valeur d’une mère

  1. J’avais écouté une interview sur France info il y a quelques années et le type (qui ?) avait eu cette réflexion très juste: « il n’y a pas d’âge pour être orphelin ». Néanmoins, certaines morts sont plus faciles à accepter que d’autres et c’est sûr que perdre sa mère à 15 ans laisse un arrière goût d’injustice et de colère. Et c’est normal qu’il te faille (beaucoup) de temps pour l’accepter, et accepter cette colère. Je te souhaite beaucoup de courage pour ta prochaine maternité. J’imagine qu’il y aura des moments difficiles

    • C’est une réflexion très juste en effet.
      Oui le passage de la maternité risque d’être compliqué mais je suis sûre que ça va aller. En tout cas ça a l’air d’aller pour mes soeurs 🙂

  2. Il est vraiment magnifique ton texte.

  3. Magnifique déclaration 😚

  4. Tes mots sont pleins d’amour et je comprends que tu aies eu peur d’une trop grande émotion en les lisant pour ton mariage.
    Je crois que quel que soit l’âge on n’est jamais prêt à perdre sa maman, mais à 15 ans ce n’est pas « dans l’ordre des choses » et j’imagine ta colère devant cette injustice.
    C’est tellement vrai qu’elle continue de vivre à travers toi et tes proches, la preuve, aujourd’hui tes lectrices auront un petit peu fait sa connaissance et eu un aperçu de la femme forte et aimante qu’elle était ❤

  5. C’est une très belle déclaration Flora. Je trouve ce texte extrêmement touchant et plein d’amour. Ce qui vous ait arrivé à ta famille et toi n’est pas juste et je comprends que tu es pu être en colère en plus de la tristesse. Mais en effet, ta maman vit en toi et je suis certaine qu’elle est fière de ce que tu es devenue.

  6. Voilà la sensible, j’ai les larmes au yeux. Elle est avec nous ta maman ce soir… Magnifique !

  7. Très beau texte, très émouvant !

  8. Je comprends que tu ais craint de le lire lors de ton mariage ! Quel bel hommage à ta maman !

  9. C’est un magnifique billet. Tu en avais déjà parlé dans ton article pour SNT, de ta relation avec ta mère (tu as repris certains passages, d’ailleurs, non ?), et j’avais déjà trouvé ça très beau.

    Et je suis sûre qu’avec toute la force de volonté et ton optimisme, tu feras toi aussi très bientôt une mère extraordinaire !

    • Tu as raison, je radote 😂
      Tu as une mémoire impressionnante ! J’avais déjà oublié que j’ai utilisé des extraits sur SNT. Je plaide coupable d’auto plagiat 😅
      Espérons pour la mère extraordinaire, la barre est assez haute !

  10. Je me souviens d’une partie de ton texte sur SNT ! Je ne crois pas que j’aurais été capable de lire un tel hommage le jour de mon mariage… 🙂
    Une de mes meilleures amies a perdu sa maman il y a 4 ans et elle attend son premier enfant pour juin. C’est plus récent évidemment mais c’est dur pour elle, même si la relation avec sa mère n’a pas toujours été au beau fixe. Je crois que la maternité est un passage de la vie d’une femme qui nous fait mettre en perspective la relation qu’on a (eu) avec notre mère, qui nous fait réévaluer les choses sous un autre angle, qui nous apporte un nouvel éclairage 🙂 Je me dis que, quand en plus, on avait une belle relation avec sa mère et qu’on ne l’a plus, cela doit chambouler d’autant plus.

    • Non seulement je n’ai pas réussi mais la tentative de ma sœur a aussi été vite écourtée par une monte de larmes 😉

      Oui certains moments sont en effet plus douloureux que d’autres 😦
      Je peux comprendre ton amie, le fait que ce soit plus récent n’arrange rien bien au contraire. J’espère qu’elle trouvera de la force dans sa maternité (et ses proches) pour compenser cette peine.

  11. Oups, je crois que mon premier commentaire n’a pas fonctionné!
    Je te disais donc que c’était la première fois que je passais sur ton blog et que cet article m’a particulièrement accroché. J’ai moi aussi perdu ma maman jeune. J’avais 11 ans. Ca a été très soudain. Je lui en ai beaucoup voulu, j’en ai aussi voulu à Dieu même si bien sûr, ils n’y sont pour rien l’un et l’autre. J’ai fini par faire un gros travail sur moi et ravaler ma colère en allant de l’avant. (Même si aller de l’avant est un peu plus difficile pour moi en ce moment… j’en reparlerai peut-être prochainement sur mon blog.)
    Quoiqu’il en soit, oui il y a des moments où une maman manque: le jour de notre mariage (sincèrement, moi non plus je n’aurais pas réussi à lire un texte si beau et si touchant le jour de mon mariage), pendant nos grossesses, etc. Bien sûr qu’elle me manque dans ma maternité, j’aurais voulu échanger avec elle, partager certains moments, qu’elle connaisse ma fille et me raconte des anecdotes sur nous… Tout ça je ne le vivrai pas, c’est parfois dur à encaisser mais au fond de moi, je sens qu’elle m’accompagne dans chacune de ces étapes.
    On ne guérit jamais vraiment de tels événements. On apprend juste à vivre avec.
    Je te souhaite plein de belles choses 🙂

    • WordPress fait des siennes des fois… Bienvenue ici et dans la blogo 😉
      Relativiser ces choses ça prend du temps c’est vrai et puis on est jamais à l’abris d’une rechute surtout dans ces moments où la présence d’une mère est tout simplement irremplaçable.
      Je te souhaite de pouvoir ressortir bientôt de cette zone d’ombre et je lirai ton article avec beaucoup d’intérêt. En attendant si tu veux en parler plus, n’hésites pas à me contacter.
      Je te souhaite plein de belles choses aussi 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s