Flora au plat pays

La vie, les voyages et moi : les humeurs d'une serial voyageuse

Le jour où je suis devenue française

17 Commentaires

Je suis devenue française en 2010. C’était sous Sarkozy, autant dire pas la grande joie. Mais aujourd’hui pour une raison que je n’arrive pas à m’expliquer j’ai l’impression d’avoir perdu foi en la France et en mon identité française. J’ai du mal à croire que l’extrême droite soit au second tour. Oui je sais c’était prédit, mais je voulais croire qu’il se trompaient. Je suis même allée jusqu’à voter l’autre extrême pour faire mentir les sondages. Malheureusement la seule personne que j’ai fait mentir, ce fut moi même. Du coup il me semble important de retourner aux sources, de remonter 7 ans en arrière pour me rappeler pourquoi je suis devenue française.

Ce n’était pas par un grand élan patriotique, c’était un simple calcul d’intérêt. Devenir française me simplifiait la vie surtout au niveau des voyages, passe temps au top de ma liste. Je ne me faisais pas d’illusions, je savais qu’obtenir la nationalité française ne me rendrait pas moins étrangère aux yeux de beaucoup. Mais mon but n’étant pas de renier mes origines, je m’en foutais complètement à l’époque.

Comme le dit si souvent Le Pen, la nationalité française ça s’ hérite ou ça se mérite. Je ne sais pas si on peut dire que je l’ai méritée. Il se trouve juste que mon éducation m’a placée dans les bonnes cases pour l’immigration choisie de Sarko, me permettant une demande anticipée et une réponse qui ne s’est pas faite attendre des années.

8011718043_e6166ccc44_k

Credit photo Herbaltablet (Creative commons)

Le jour où j’ai appris que j’étais française a lui était épique. Je venais de rentrer de Marseille où je m’étais faite voler mon sac à main (cliché n’est ce pas), qui contenait TOUS mes papiers d’identité. Je devais partir pour un stage de 3 mois en Afrique du sud quelques semaines plus tard et je m’étais arrêtée à Paris pour récupérer mon visa sur la route de Marseille. J’étais donc sans passeport, sans visa, sans carte de séjour, sans carte de banques et sans chéquier, et j’avais à peine 2 semaines pour tout refaire.

Imagine ma tête quand arrivée à la préfecture pour refaire mon titre de séjour, on m’annonce que ça ne va pas être possible parce que mon dossier n’est plus chez eux. Après un craquage nerveux la bonne dame a consenti à vérifier ce qui était arrivé à mon dossier, et elle est revenue me dire qu’il n’était plus au service des étrangers parce que je n’étais plus étrangère. Ma demande de naturalisation avait été validée donc c’est au service des cartes d’identité que je devais aller.

Ce jour là je me suis dit qu’il devait bien y avoir un Dieu, parce que cette bonne nouvelle signifiait que je n’avais besoin que d’un passeport français et plus besoin d’aller courir à Paris pour refaire mon passeport et essayer d’avoir un duplicata de mon visa. Ça faisait 5 minutes que j’étais française et j’en appréciais déjà les privilèges 🙂 . Je n’allais pas tarder à en déguster le stress administratif aussi ! On m’a promis que je n’avais pas besoin de faire une demande de passeport express parce que 2 semaines c’était laaarge… Mais j’ai dû appeler la préfecture tous les jours de la deuxième semaine pour m’entendre dire :  » sans doute demain ». J’ai bien fini par avoir le sésame, le matin même de mon départ. Je ne suis pas du genre stressée de nature mais je peux vous assurer que j’étais devenue une boule de nerf.

Aujourd’hui je me sens française jusqu’au bout des ongles. C’est un sentiment que je ne saurais expliqué, mais j’ai cette conviction que j’appartiens à la France et que la France m’appartient. Tellement que même si aujourd’hui j’ai passé quasi autant de temps en Belgique qu’en France, il m’est impossible d’envisager de renoncer à ma nationalité française en faveur de la belge (au grand malheur de mon mari belge). Je me sens redevable à la France pour mon éducation et pour la multitude de portes qu’elle m’a ouverte.

J’aime profondément la France pour ce qu’elle représente pour moi. Mais depuis quelques jours j’ai l’impression que ce n’est plus réciproque. Quand François et Marine raflent à eux deux 40% des suffrages exprimés, ça résonne comme un coup de poignard dans mon petit cœur d’immigrée. Oui je sais ce n’est pas tout à fait pareil, mais moi je ne me retrouve dans la France d’aucun des deux. Pire, j’ai la ferme conviction que je ne serais pas où je suis si un des deux avait été élu à la tête de la France il y a 10 ans.

Que faire alors ? Rester française en espérant que le vent de désamour s’estompe ? Se fourvoyer encore en votant pour quelqu’un qui me fait peur, pour espérer éviter le pire (si tu as raté mon avis sur le jeune Macron, c’est ici) ? Et si ça n’arrivait pas ? Et si Marine faisait 40% et puis peut être 50% la prochaine fois ? Voudrais je toujours de cette France là ?

Mais quel choix j’ai de toute façon ? Devenir belge ? Et que ce que je fais de ce royalisme que je ne supporte pas, cette histoire de sang supérieur ? Que faire de cette division qui me rappelle un peu trop ce qui a fait couler le sang dans mon pays d’origine ? Et l’extrême droite déjà au pouvoir, j’en fais quoi ?

Je crois bien que je suis coincée entre le marteau et l’enclume. J’ai le choix entre deux mauvais choix. Mais ce choix n’en est pas vraiment un parce que chez moi c’est viscéral , je sais que je choisirais toujours la France. Malheureusement je commence à entrevoir quand même une ligne de cassure dans mon admiration envers elle. La suite, demain nous la dira. Je ne suis pas à plaindre, j’ai encore un autre « chez moi » où je pourrais toujours retournée. Je m’inquiète juste pour mes enfants, pour ce monde dans lequel on va les mettre et qui, si tout continue sur cette lancée, ne voudra pas d’eux. Où pourront-ils aller ? Ce sera leur unique chez eux.

Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je suis perdue…

Publicités

17 réflexions sur “Le jour où je suis devenue française

  1. C’est une jolie histoire que le jour ou tu es devenue Francaise… le joli hasard d’un nouveau depart… Merci de l’avoir partage avec nous.
    Quant a l’avenir j’en ai peur moi aussi. J’appelle de tous mes voeux le retour d’une cohesion nationale, pour reconstruire une France ou l’on ne soit pas tout le temps en colere que le voisin ait plus en l’ayant moins merite. (C’est un peu simpliste mais j’ai un peu l’impression d’entendre ce dicours, sur tous les tons.) Pour mes enfants, je souhaite la France… mais j’avoue qu’il m’arrive de commencer a reflechir a de possibles alternatives… Pfff…
    Une belle journee quand meme 🙂 J’ai decouvert ton blog hier et j’y ai drolement accroche 🙂

    • Merci Maman-Tout-Terrain et bienvenue ici 🙂
      Tu as raison il y a beaucoup de jalousies au fond de tout ça, on essaye de comparer les pommes et les poires et ça fait des étincelles. ça me fait penser au désormais célèbre « on ne s’occupe pas de nos SDF mais on a de la place pour les réfugiés… »
      Si jamais tu trouves un eldorado tu partageras hein ?!

  2. Comme toi, je ne comprends pas les scores du FN et de Fillon. Mais je me console en me disant que la majorité de leurs électeurs se sont fait embobinés, que les idées de Marine ne traduisent pas les idées de ses électeurs. Et, si je pensais il y a quelques jours impensable qu’on ait une présidente d’extrême, j’ai pris peur en prenant conscience que non, ce n’était pas acquis…
    Et pour tes enfants, tu es bien placée pour voir que son pays, on le choisit. Qui sait, peut-être seront ils contents d’être français ou belges. Ou peut-être auront-ils envie de devenir canadiens ou brésiliens ? J’ose croire que quoi qu’il arrive, il y aura toujours un bout de terre sur lequel on a envie de vivre ! Et si, pour l’instant c’est impensable de quitter la France, qui sait comment je me positionnerai dans 10 ans ?

    • Non c’est loin d’être acquis malheureusement…
      Tu as raison, si la France et/ou la Belgique devenait trop hostile à nos enfants, ils pourront toujours aller voir ailleurs. On se refait un bilan dans 10 ans alors 😉

  3. C’est un article très intéressant pour moi qui envisage un jour de prendre une deuxième nationalité 🙂 . Ca tient à pas grand chose tout ça finalement… Je comprends ta déception peut-être que je serais encore plus déçue de l’Allemagne que de la France dans un cas similaire.

    • Oui ça ne tient vraiment pas à grand chose. Pour le moment j’ai quand même l’impression que l’Allemagne prend moins l’eau, mais les élections chez eux risquent d’être intéressants à suivre aussi.

  4. Je n’ai pas eu l’occasion d’aller plus loin suite à mon commentaire sur ton dernier article, à mon regret fatigué… mais ce nouveau billet me donne envie de présenter l’état de ma pensée sur certains sujets que tu abordes. J’ai déjà mis une plâtrasse chez Franfran sur le FN, et là je suis vraiment HS, mais je vais essayer de faire un billet pour recoller ces bouts d’idées… Promis, avant le second tour. En attendant, moi qui suis née française d’un père né belge, je regrette beaucoup de ne pas avoir les deux – mais je suppose que tu as conservé ta nationalité de naissance en plus, donc tu ne pourrais pas cumuler les 3 ?

    • Ne t’inquiète pas, j’ai vu ton commentaire chez Franfran et comme je t’avais déjà dit je partage le fond de ce que tu dis, j’ai juste l’impression que dans la pratique la ligne rouge est devenue un peu floue à cause des extrémistes du coté de l’acceptable entre autre.
      J’ai déjà 2 nationalités, et pour moi 3 ça n’a pas de sens. C’est trop tard pour faire une demande de double nationalité pour toi ?

  5. Je comprends tes doutes et j’espère surtout que l’avenir te donnera l’occasion de ne plus en avoir et d’être à nouveau sûre et fière de ton choix !
    Quant à moi j’espère juste que je n’aurais jamais à regretter de ne pas avoir une deuxième nationalité !

  6. J’ai bien aimé l’histoire du jour où tu as compris que tu étais française, même si ça commençait mal avec un sac à main volé 😉

    Quant aux élections, en tant que Française née en France de parents français, je ne suis pas rassurée non plus :/ J’aime beaucoup mon pays, non pas par patriotisme mais parce que je trouve qu’objectivement, il y a de quoi en être fière. Notamment de notre orientation sociale, souvent précurseuse, et ce depuis des centaines d’années. Et je trouve ça vraiment moche qu’aujourd’hui on essaie de détricoter ce qui fait à mon sens la beauté de notre histoire…

    Et pour le coup je n’ai aucun autre pays vers lequel me tourner si celui-ci ne me convient plus 😦

    • Je suis d’accord avec toi que notre système social est une fierté qu’il serait dommage d’abandonner.
      Tu pourras toujours prendre tes cliques et tes claques et aller voir ailleurs ( comme tu pourrais aussi décider de devenir politicienne et da changer tout ça 😉 ). Après je ne suis pas sûre qu’il y ait un seul pays qui a tout juste (même si on nous vend un peu ça pour le Canada)… Il est, j’espère, encore possible de ne pas rendre notre France complètement hostile.

  7. Je crois que le résultats de ces élections c’est un peu ça : celui d’un peuple un peu perdu qui n’ose pas votre pour ce qu’il veut vraiment car on lui assène depuis des générations que changer vraiment les choses est impossible… La semaine prochaine j’irais donc voter blanc (je me suis renseignée pour savoir comment faire pour qu’il soit reconnu comme blanc et non comme nul). Je sais que c’est un choix contestable. Nous en discutons beaucoup en famille par ici. Mais je ne peux me résoudre à voter, encore une fois, contre mes convictions…

    • C’est triste de devoir en arriver là. Pour ma part j’irai voter contre, juste parce que’il me semble que c’est la seule solution que je ne pourrais pas regretter le lendemain des résultats. Ce sera complètement m’asseoir sur mes convictions et je comprends que vous refusiez de le faire. C’est vraiment triste d’en arriver là face au FN, c’est très grave…

      • En arriver face au FN c’est très grave en effet… Et je continuerai de résister, quoi qu’il en coûte…

  8. C’est une drôle de façon d’apprendre ta nouvelle nationalité, j’aime bien cette histoire ! 😊
    Je crois que je me sentirais en partie trahie par ce pays qui m’a acceptée puis qui finit par voter « contre les immigrés » (si l’extrême-droite devait gagner). Je ne sais pas ce que je ferais à ta place mais je ne suis pas sûre que je me sentirais toujours comme appartenant à ce pays…
    Je n’ai pas la double nationalité mais si j’existe aujourd’hui, littéralement, c’est bien parce qu’il y a eu des politiques arrangeantes envers l’immigration. Alors d’une certaine manière, je me sens redevable envers la Belgique. Mais vu que mon père n’a toujours pas la nationalité belge, je digérerais très mal le fait qu’une vraie extrême-droite mette en place sa politique (perso je trouve que la NVA fait beaucoup de foin mais agit assez peu dans l’ensemble… à part notre secrétaire d’état à l’immigration : lui, faut vraiment qu’il arrête). Pour moi ça reviendrait à renier le droit de mon père d’être là, lui qui est parfaitement intégré et n’a d’étranger que le bout de papier, et même à renier ma propre existence.
    Et encore on est issu de l’immigration européenne. Je n’ose imaginer ce que ça fait quand on est immigré extra-européen !

    • Si Marine devenait présidente, c’est sûr que la première chose que je ferais lundi matin serait d’aller récupérer un dossier de naturalisation à la commune… Mais j’espère qu’on en n’est quand même pas encore là (je fais l’autruche pour le moment, je ne pas du tout suivi les médias depuis le premier tour).
      Je ne sais pas si il y a une grande différence au niveau du rejet de l’immigration qu’elle soit intra ou extra-européenne (regarde les partisans du Brexit par exemple). Après il y a toute la dimension raciale qui complique les choses c’est certain, mais je crois que le sentiment de rejet est plutôt partagé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s